Projet d’Appui aux Filières Lait et Viande

Montant du prêt : 25 millions d’UC (soit 17,46 milliards de FCFA)
Coût total du projet : 31,06 millions d’UC (Soit 21,70 milliards de FCFA)

Sources :

  • Prêt FAD : 25 millions d’UC (soit 17,46 milliards de FCFA)
  • Gouvernement : 5,87 millions d’UC (soit 4,01 milliards de FCFA)
  • Bénéficiaires : 0,19 millions d’UC (soit 135 millions de FCFA)

Date d’approbation du prêt : 27 novembre 2008
Date de signature : 20 février 2009
Date entrée en vigueur : 20 janvier 2010
Date de clôture prévue : 31 décembre 2015
Date officielle de lancement : 29 janvier 2010
Organe d’exécution : Equipe de Coordination du Projet / Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP)
Adresses : 01 BP : 2041 Cotonou-République du Bénin,
Tél : (229) 21-33-16-06
Face Hôtel du Lac, Route d’Akpakpa Dodomey à Cotonou
E-mail : pafilav@yahoo.fr

Objectif général : Accroître la production et l’efficacité des filières de viande bovine, ovine, caprine, porcine et laitière bovine en délivrant des produits de qualité et en augmentant le revenu de leurs acteurs.

Objectifs spécifiques :

  • Améliorer les systèmes de production du lait et de la viande
  • Améliorer la compétitivité des filières lait et viande
  • Améliorer les revenus des acteurs.

Composantes du Projet :

Composante A : Amélioration des systèmes de production du lait et de la viande
Objectif de la composante A : Cette composante vise le développement des filières lait et viande à travers l’amélioration génétique et l’amélioration des conditions d’élevage.
Le projet appuie la production du lait à travers 03 systèmes d’exploitation : Le système intensif, le système semi-intensif et le système extensif. Pour le développement de la filière viande, 03 sous filières ont été retenues : les sous filières bovine, ovine, caprine et porcine.

Composante B : Amélioration de la compétitivité des filières lait et viande
Objectif de la composante B : Cette composante vise à améliorer la compétitivité des filières lait et viande à travers la mise en place des infrastructures de transformation et d’appui à la commercialisation.

Composante C : Renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles
Objectif de la composante C : Par cette composante, le projet vise le renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles des acteurs et de leurs associations professionnelles en vue d’assurer leur adhésion et leur participation à l’exécution du projet. Le projet prévoit également de renforcer les capacités des différentes structures du MAEP en vue de garantir un appui-conseil de qualité.

Composante D : Coordination et gestion du projet.
Objectif de la composante D : Cette composante permettra d’assurer une gestion efficiente des différentes activités du projet et d’établir des relations fonctionnelles avec toutes les institutions et tous les prestataires intervenant pour le compte du projet

Bénéficiaires :
Eleveurs et agro-éleveurs, organisations professionnelles (ruminants et porcs), commerçants de bétail, transformateurs (produits laitiers et viande), consommateurs et populations des départements concernés.

Acteurs du Projet

Services de l’Etat

  • MAEP : Maitre d’ouvrage
  • MDAEP, MEF, MDGLAAT, MICPME, Ministère chargé de la Microfinance : comité de pilotage (orientation et suivi)
  • DPA (ex DE), structure de tutelle : Appui à la surveillance épidémiologique et à l’organisation de la campagne de vaccination
  • DICAF : mise en œuvre du plan de formation des acteurs du Projet
  • CARDER : Appui aux programmes de vulgarisation
  • ONASA pour la mise en œuvre du SIM
  • DLROPEA (ex DPLR) pour l’organisation et structuration des OP
  • ABE pour le suivi environnemental et social
  • ABSSA (ex DPQC) : labellisation du fromage Wagashi
  • DGAER (ex DGR) : suivi des travaux d’infrastructures
  • INRAB/SNRA : activités de recherche-développement
  • Fermes d’élevage d’Etat : Ferme d’élevage de Kpinnou, Ferme d’élevage de Samiondji, Ferme d’élevage de Bétécoucou et Ferme d’élevage de l’Okpara : qui sont des stations d’appui à la production animale
  • Laboratoire vétérinaire de Bohicon (LABOVET) et Laboratoire de diagnostic vétarinaire et de sérosurveillance de Parakou (LADISERO) : appui au suivi sanitaire des cheptels.

Collectivités locales : mise en place des infrastructures communautaires d’élevage (aménagements des parcours, tracé des couloirs de passage des animaux).

Eleveurs, commerçants de bétail, transformateurs des filières lait et viande + associations professionnelles : production, commercialisation, transformation, distribution.

ONG et Secteur privé : ONG, Agences de MOD, divers prestataires de services.

Zone d’intervention du Projet : La stratégie d’intervention du projet est basée sur le faire-faire et vise le développement du partenariat public-privé et la pérennisation des actions développées après le projet. Le projet s’étend sur l’ensemble du territoire national mais ne couvre pas toutes les communes. Les zones d’intervention sont ciblées par département et par commune en fonction du potentiel agro-sylvo-pastoral, de la concentration des élevages en place, des dynamiques organisationnelles et des pratiques locales.

Ainsi, pour la filière lait, le projet se concentre sur les principaux bassins de production du pays et couvre les communes ci-après :

  • dans le département de l’Alibori : Banikoara, Kandi et Gogounou
  • dans le département du Borgou : Nikki, Kalalé, Pèrèrè, Bembèrèkè, Tchaourou et Parakou
  • dans le département de l’Atacora : Péhunco
  • dans le département de la Donga : Bassila

S’agissant de la filière viande, les mêmes communes sont retenues pour les sous-filières bovine et petits ruminants. En ce qui concerne la sous-filière porcine, la priorité est donnée aux communes des départements du Centre et du Sud qui concentrent l’essentiel des effectifs porcins. Il s’agit de :

  • département de l’Ouémé : Adjarra, Sèmè-Podji et Dangbo
  • département du Plateau : Kétou et Pobè
  • département du Mono : Comé
  • département du Couffo : Djakotomey
  • département du Zou : Zagnanado et Djidja
  • département des Collines : Savè et Savalou
  • département de l’Atlantique : Abomey-Calavi, Toffo et Tori-Bossito.

Principales actions prévues Les principales actions prévues dans le cadre de la mise en œuvre du projet sont les suivantes :

  • Mise en œuvre des programmes de prophylaxie ;
  • Amélioration génétique des races bovine, caprine et porcine ;
  • Amélioration de l’alimentation du bétail ;
  • Valorisation des productions ;
  • Commercialisation des productions ;
  • Appui à la structuration des OP ;
  • Formation des acteurs des filières ;
  • Promotion de l’émergence des MER et PME ;
  • Mise en place du système d’information sur les marchés (SIM) ;
  • Renforcement des laboratoires vétérinaires ;
  • Mise en place du PGES ;
  • Sensibilisation au VIH/Sida et au paludisme.

Principales infrastructures prévues :

  • Construction de 4 postes vétérinaires frontaliers
  • Construction d’un Centre d’Amélioration Génétique
  • Tracé et balisage de 1 000 km de couloir de passage des animaux
  • Réhabilitation de 8 retenues d’eau
  • Aménagement de 10.000 ha de pâturage naturel
  • Construction de 9 magasins de stockage des aliments de bétail
  • Construction de 4 mini laiteries
  • Construction de 10 aires d’Abattage
  • Construction et ou Réhabilitation de 7 marchés à bétail
  • Réhabilitation de 200 km de pistes rurales
  • Construction de 40 points de collecte de lait
  • Construction de 80 forages productifs
  • Reconstruction de l’abattoir de Cotonou
  • Reconstruction de l’abattoir de Parako
  • Autres actions :
  • Octroi de 3.000 crédits dont au moins 40% en faveur des femmes
  • Formation de 20.000 acteurs pour le segment production
  • Formation de 1 400 acteurs pour le segment transformation
  • Formation de 1 400 acteurs pour le segment commercialisation
  • Formation de 1 000 agents des CARDER
  • Formation de 100 agents de la Direction de l’Elevage.